jeudi 11 octobre 2012

Shakespeare in Oxford


Cette année, je participe au "Designer Bookbinders International Bookbinding Competition 2013". Le thème imposé est Shakespeare. J'ai porté mon choix sur une édition du premier acte de la tragédie d'Hamlet, traduit par André Gide. C'est une édition sur vélin de Rives, un des 300 exemplaires numérotés sur ce papier. J'ai choisi cette édition, car outre qu'elle associe Gide et Shakespeare, elle présente une typo très intéressante : le texte est bilingue et bicolore, inversé dans les deux langues. Le texte est rouge en anglais sur la fausse page, avec les numéros de scène et les didascalies en noir, et l'inverse pour le français pour la belle page. 






J'ai choisi de garder ces deux couleurs dominantes pour ma reliure. J'en ai aussi profité pour expérimenter la technique de "la reliure à cru". Il s'agit d'une reliure semi-souple, qui tient debout mais dont les cartons qui constituent l'"armature" des plats sont remplacés par de la croûte de cuir, souple mais épaisse. Cette structure offre beaucoup de souplesse d'ouverture, mais aussi beaucoup d'"intimité": la souplesse des plats engage à toucher, à lire, à tordre les plats, comme un journal intime...
Mes folios de garde, pris dans l'endossure, sont donc en daim rouge carmin (les autres gardes en double folio, sont en Japon, noir et rouge). 


Ils portent le cuir de couvrure, veau de buffle noir. Les chants sont vernis de noir. Le décor est inspiré de Damien Hirst, et avant lui de l'idée de la vanité évoquée par Pascal, paradoxe entre la mort et le futile, entre le crâne humain et le précieux, entre le noir de la mort et le rouge de la passion, et j'ai marqué à chaud, au film argenté, un crâne souriant en pointillé brillant.




Le titre est porté sur le dos, inscrit à la manière du stencil à la peinture en bombe noire brillante. Et le plat arrière porte, sur une pièce ajoutée gansée de cuir noir. une citation issue de la pièce " Something is rotten in the state of Denmark". La première partie est inscrite "à la chinoise", comme le titre, tandis que la dernière partie de la phrase est inscrite à l'arabe, lisible dans un miroir, comme un écho à la folie jouée de Hamlet et celle réelle d'Ophélie, comme un reflet de la typographie inversée du livre






La reliure est accompagnée d'un étui souple, comme un étui d'aumonière. Fait  de soie de reliure noire froissée, à soufflet de papier népalais rouge contrastant et à l'intérieur de soie de reliure lisse et rouge